C'était le 14 mars dernier. 

C'est décidé. Je vais faire ce p... de bardage de ma cour dehors chez moi toute seule. 

Alors je demande à un copain de venir me dire ce que je dois faire. Ce que je dois acheter. Et je vais y aller. Et ce sera simple. 

Et là... 

"Bah c'est pas compliqué (c'est jamais compliqué avec les mecs... BAH POUR MOI LE BRICOLAGE SI !!!!!!!! C'est même TRES compliqué!) il faut juste que tu achètes des tassaux (c'est quoi des tassaux?????? ah! ben des bouts de bois carrés, fallait le dire!), des vis et des chevilles (moi les seules chevilles que je connaissent c'est celles qui sont au dessus des pieds des gens) à moellon (c'est le truc gris là qui fait le mur?????), tu prends du 75 (km????, diamètre en mètre????) , du bardage et voilà! 

Bon, ben si voilà... voilà. On y va!

J'arrive à Leroy Merlin. C'est bon, je vais y arriver. 

Et là, j'achète ma liste. D'abord à l'intérieur. Des vis de 75 et des chevilles à moellon. Le mieux c'est d'aller voir le gars des vis. Il doit savoir lui. 

Et là... je tombe sur un gars qui me dit "Des vis de 75 et les chevilles qui vont avec. Donc des chevilles de 50". Moi tranquille, version bisounours "Si vous le dites je vous fait confiance. Cela doit être des chevilles de 50". 

Et là... j'ai droit à un super dédaigneux "Bah oui! Si c'est des vis de 75 c'est forcément des chevilles de 50!"

Et là je prends mon courage à deux mains. BESOIN DE LE DIRE. MARRE DE CES EVIDENCES DE MECS BRICOLEURS : 

"Il faut que je vous dise monsieur. Lorsque je vous entends me dire "Bah oui! Si c'est des vis de 75 c'est forcément des chevilles de 50!" (je lui fais le même ton que celui qu'il vient d'utiliser) moi je me sens rabaissée. Humiliée. Parce que j'ai 40 ans et cet après midi c'est la première fois de ma vie que je vais tenir une perçeuse. Alors cela vous semble une évidence pour vous mais pour moi cela ne l'est pas. Parce que moi je n'ai jamais bricolé de ma vie. Et je n'en peux plus des bricoleurs pour qui c'est une évidence. Qui vous regardent avec dedain comme si tout le monde devait être né avec une perceuse dans la main.

J'ai été infirmière, et si je vous expliquait de la même façon que vous venez de le faire comment on assiste un medecin pour poser une voie centrale, je doute que vous y arriviez. Alors s'il vous plaît je ne suis pas plus bête qu'une autre, mais j'ai besoin d'explications. Je suis toute prête à les écouter, encore faut il qu'on me les donne". 

J'étais super surprise par moi même. ENFIN! j'avais réussi à le dire!!!!!! D'un coup. Sans me fâcher. Mais le dire. En utilisant tout ce que j'avais appris de la CNV. Parler de soi et de ses sentiments. De ses besoins. 

Et là... un blanc. 2 secondes. Un siècle quoi!

Et là... juste génial. 

Il se tend. Se racle la gorge et commence à tout m'expliquer. Gentiment. Calmement. Il faut des chevilles de 50 avec des vis de 75. Il va me falloir un forêt de 6. Percer un trou dans le mur et dans le bois. Là je lui demande

- "Mais concrètement, je prend mon bois, je le pose contre le mur et je perce?

- Ah non. Il faut d'abord faire des trous dans le bois. Ensuite, vous posez votre bois contre le mur. Vous mettez votre vis dans le trou et vous tapottez dessus. Cela fera une marque dans le mur. C'est à cet endroit qu'il faut percer. Ensuite vous mettez votre cheville. Et vous posez le bois. Vous prenez la vis et vous la vissez. 

- Ah. Merci". 

On part chercher le foret dans le rayon d'à côté et là il me dit "Effectivement, on oublie souvent qu'on peut aussi avoir affaire à des neophytes. Tout le monde ne sait pas bricoler". 

Merci. Merci pour ces quelques mots. Merci pour cette attitude... Que cela m'a fait du bien!!!!

Alors voilà.

C'était mon histoire de ce jour là où pour la première fois, j'ai réussi ENFIN à dire à quelqu'un qui me regardait avec dédain ce que j'avais sur le coeur face à ces bricoleurs là...

Heureusement, ils ne sont pas tous comme cela, mais ce jour là, moi je me suis sentie entendue. Mais surtout écoutée. 

Alors merci!